Le Fils de l’homme dans le nuage

Millénium


Il y a des gens qui attendent un âge d’or où le Messie régnerait mille ans sur la terre, avant que le Mal ne jette ses derniers feux et que vienne le Jugement dernier. Mais cette interprétation ne correspond pas exactement à ce qui est écrit dans le Livre scellé. Le Règne de mille ans attendu par les millénaristes est en effet passé, le Christ ayant inauguré celui-ci au début de l’ère qui porte son nom par ces mots : « Le temps est accompli et le règne de Dieu est arrivé : repentez-vous et croyez à cette bonne nouvelle ! »



Le règne de Dieu commence donc au début de l’ère chrétienne et se termine mille ans plus tard quand le Satan est délié de sa prison et qu’il sort pour égarer les nations qui sont aux quatre coins de la terre. Symboliquement, voilà ce qui s’est passé au début de ce premier millénaire : Il y eut une guerre dans le ciel : Mikaël et ses anges faisaient la guerre au Dragon. Et le Dragon fit la guerre, ainsi que ses anges, et il n’eut pas le dessus, et on ne trouva plus leur place dans le ciel. Et il fut jeté, le Dragon, le grand Dragon, le Serpent, l’antique Serpent, celui qui est appelé Diable et le Satan, celui qui égare le monde entier, il fut jeté sur la terre et ses anges avec lui !



“Mikaël” est une question en forme de nom qui signifie : “Qui est comme Dieu ?” Et la réponse à cette question est : Jésus est comme Dieu. Or, il est aussi écrit que Jésus avait envoyé deux par deux, en avant de lui dans toute ville et tout lieu où lui-même devait se rendre, soixante-douze disciples qui s’en revinrent avec joie, disant : « Seigneur, même les démons nous sont soumis par ton Nom ! » Concrètement (et non plus symboliquement) il leur dit : « Je regardais le Satan tomber du ciel comme un éclair ! » Jésus-qui-est-comme-Dieu a donc fait tomber le Satan sur la terre durant son ministère, mais le Diable n’a pas pu pour autant y faire ce qu’il voulait, car un ange s’est promptement saisi de lui et l’a emprisonné pour mille ans, comme le raconte le Visionnaire de l’Apocalypse :


Je vis un ange descendre du ciel avec la clef de l’Abîme et une grande chaîne dans sa main. Il saisit le Dragon, le Serpent, l’antique Serpent, qui est le Diable et le Satan, et il l’enchaîna pour mille ans. Et il le jeta dans l’Abîme, qu’il ferma et scella sur lui, pour qu’il n’égare plus les nations jusqu’à ce que soient achevés les mille ans. Après cela, il doit être relâché pour un peu de temps. Quelques versets plus loin, Jean ajoute : Lorsque les mille ans seront achevés, le Satan sera libéré de sa prison, et il sortira pour égarer les nations qui sont aux quatre coins de la terre…



La terre a donc bénéficié d’un sursis de mille ans avant que le Diable ne puisse se déchaîner — au propre comme au figuré. Ce millénaire de renouveau spirituel inauguré par Jésus est appelé “règne de Dieu” ou “Règne de mille ans”, car la Vigne donne alors du fruit comme jamais (beaucoup de gens sont sauvés), mais du fait du caractère spirituel et individuel du nouveau culte, le monde ne s’en rend pas compte. Ensuite, comme l’Écriture l’a prédit, Satan est libéré de sa prison. Très vite, il s’empare de la Vigne et le Règne se termine : jusqu’au Jugement dernier, plus personne ne sera sauvé. Mais ce n’est pas tout : en l’an mil, l’antique Serpent pond son œuf dans le sein même de l’Église et il s’emploie à ressusciter la Bête que le Christ avait tuée. Neuf siècles plus tard, en France, sur le territoire même où Satan était remonté de l’Abîme, l’œuf éclot et le Faux prophète paraît : L’Antichrist ! La Trinité infernale est alors au complet et la fête peut commencer…

Le Dragon enchaîné et enfermé dans l’Abîme

Le Dragon enchaîné et enfermé dans l’Abîme
Manuscrit français 13096, Source gallica.bnf.fr / BnF

Références des citations

(Les citations strictes sont en bleu, les notes et commentaires sont en vert)


  1. Le temps est accompli... : Marc 1, 15.

  2. Mille ans plus tard... : Voir Apocalypse 20, 7-8.

  3. Il y eut une guerre dans le ciel... : Apocalypse 12, 7-9.

  4. Jésus est comme Dieu : « Celui qui m’a vu a vu le Père », dit Jésus à Philippe en Jean 14, 9.

  5. Jésus avait envoyé deux par deux... : Voir Luc 10, 1.

  6. S’en revinrent avec joie... : Luc 10, 17-18.

  7. Je vis un ange descendre du ciel... : Apocalypse 20, 1-3.

  8. Lorsque les mille ans seront achevés... : Apocalypse 20, 7-8.

  9. Du fait du caractère spirituel... : Voir la note 6 du chapitre “L’Église”.

  10. L’Antichrist : Le Signe du Fils de l’homme, tome 1, note 647 : Le terme “antéchrist” n’appartient pas à l’Écriture. C’est une mauvaise orthographe de « antichrist » (première et deuxième épîtres de Jean), confortée par une contamination entre “anti-” et “anté-”, puisque la venue de l’Adversaire doit précéder celle du Christ : « Vous avez appris qu’un antichrist vient », écrit Jean (1 Jean 2, 18), mais certains traducteurs écrivent “un antéchrist”, voire “l’Antéchrist”. L’article défini singulier n’est pourtant présent qu’en 1 Jean 2, 22 : « Celui-là est l’antichrist qui nie le Père et le Fils » et en 1 Jean 4, 3.