Le Fils de l’homme dans le nuage

La Chute


Au sixième jour de la Création, Dieu créa l’humain à son image, à l’image de Dieu il le créa ; homme et femme il les créa. Un homme ou une femme est donc un dieu qui, à ce titre, peut tout se permettre… ou presque, puisque comme le dit Paul : Tout m’est permis, mais tout ne profite pas. Tout m’est permis, mais je ne me livrerai au pouvoir de quoi que ce soit.


  • Pourquoi un dieu qui peut tout se permettre se livrerait-il au pouvoir de quoi que ce soit ?

    • Parce qu’il peut TOUT se permettre.

  • Ne serait-ce point de la bêtise ?

    • C’est de la Bêtise majuscule.

  • Comment un dieu peut-il déchoir pareillement ?

    • En se fiant à la parole d’un menteur hors pair : Le Diable, le père du mensonge, dont Jésus dit qu’il est homicide dès le commencement. L’Apocalypse le nomme aussi : le grand Dragon, l’antique Serpent, le Diable ou le Satan, celui qui égare le monde entier.



Au début de l’Histoire, après avoir placé l’Homme dans le jardin d’Éden, Dieu lui avait fait cette recommandation : Tu peux manger de tous les arbres du jardin, mais de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, tu n’en mangeras pas, car le jour où tu en mangeras, tu mourras sûrement. Pour le Serpent, il y avait là une opportunité qu’il ne pouvait laisser passer, lui qui avait dès le commencement l’intention de tuer les humains immortels. Il ne disposait que de sa langue bifide pour amener ceux-ci à manger du fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, mais cela suffirait, car le serpent était la plus rusée de toutes les bêtes des champs que Yahvé Dieu avait faites…


  • Il dit à la Femme :

    • « Alors, Dieu a dit : Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin ? »

  • La Femme dit au Serpent :

    • « Nous pouvons manger du fruit des arbres du jardin, mais du fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : Vous n’en mangerez pas et vous n’y toucherez pas, de peur que vous ne mouriez. »

  • Le Serpent dit à la Femme :

    • « Pas du tout ! Vous ne mourrez pas, mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et que vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal. »


La Femme vit que l’arbre était bon à manger, qu’il était un plaisir pour les yeux, et qu’il était, cet arbre, désirable pour acquérir l’intelligence. Elle prit de son fruit et mangea ; elle en donna aussi à son mari, qui était avec elle, et il mangea…



Ève a cru voir dans l’arbre de la connaissance du bien et du mal le moyen d’acquérir l’intelligence, le moyen d’être comme les dieux… et elle a perdu ce qu’elle avait déjà : l’intelligence et la divinité ! En voulant ajouter à sa perfection, elle s’est livrée au pouvoir de la plus rusée de toutes les bêtes des champs. Le Serpent lui avait dit que ses yeux s’ouvriraient, mais ils se sont fermés et elle est tombée dans un cauchemar, car les choses qu’elle voyait jusqu’alors comme ni bonnes ni mauvaises ont affiché tout à coup un poids inhabituel, une pesanteur qui l’a entraînée, elle et son mari, dans les ténèbres du dehors, au fond d’un monde de douleur, de travail et de mort !



Depuis cette chute, les dieux sont pris dans un cercle infernal dont ils ne peuvent sortir par eux-mêmes. La bêtise qui leur fait prendre des mensonges pour des vérités se nourrit d’elle-même et entretient leur soumission à Satan. Aussi, un sauveteur qui descend dans ce monde de mort n’a-t-il qu’une méthode de salut : expliciter la parole de Dieu, qui est Vérité. Entre le Sauveur et le Diable, c’est donc parole contre parole : aux gens de choisir qui croire ! Devant les hommes sont la vie et la mort, et ce qui plaît à chacun lui sera donné ! En tout cas, ceux qui adorent leur vie en ce monde la perdront : Malheur à vous les riches… malheur à vous qui êtes repus… malheur à vous qui riez maintenant…


Qui aime sa vie la perdra,
et qui hait sa vie EN CE MONDE
la conservera pour la vie éternelle.

Références des citations

(Les citations strictes sont en bleu, les notes et commentaires sont en vert)


  1. Dieu créa l’humain... : Genèse 1, 27.

  2. Tout m’est permis... : 1 Corinthiens 6, 12.

  3. Le Diable, le père du mensonge... : Jean 8, 44.

  4. Le grand Dragon... : Apocalypse 12, 9.

  5. Tu peux manger de tous les arbres... : Genèse 2, 16-17.

  6. Le serpent était la plus rusée... : Genèse 3, 1-6.

  7. Dans les ténèbres du dehors : Matthieu 8, 12.

  8. Un monde de douleur, de travail et de mort : Cf. Genèse 3, 16-19.

    1. Étymologiquement, le travail, c’est la torture.

  9. La parole de Dieu... : Ta parole à toi est vérité, dit Jésus en Jean 17, 17.

  10. Devant les hommes... : Siracide 15, 17 (Ecclésiastique).

  11. Malheur à vous les riches... : Luc 6, 24-25.

  12. Qui aime sa vie la perdra... : Jean 12, 25.